Cette semaine, nous allons parler des fins de partie dans Overwatch, pour conclure la série de publications éducatives inter-franchises que nous avions inaugurée avec la semaine des débuts de partie et poursuivie avec la semaine du milieu de partie. Cette fois-ci, nous allons nous concentrer sur les phases finales de chaque carte ou match, des moments cruciaux qui déterminent souvent la victoire ou la défaite. Nous avons déjà expliqué le C9, étudié les statistiques des prolongations, analysé un combat d’équipe final, et vu quelques astuces pour terminer les cartes Escorte. Pour conclure la série, nous allons parler d’un bel exploit défensif : le blocage complet.

Les matchs de l’Overwatch League ne manquent jamais de moments passionnants ni de belles actions. Avec les meilleurs joueurs au monde, il y a des « Dives » audacieux et des attaques désespérées à foison. Mais on dit souvent que la meilleure attaque, c’est la défense, et dans Overwatch, ce dicton connaît une incarnation particulière : le blocage complet, un exploit impressionnant et difficile à souhait et qui marque généralement un tournant dans la dynamique d’une partie, le moral d’une équipe, voire dans l’issue de la rencontre.

Fins de partie : la ligne d’arrivée

Terminer les cartes Escorte peut s’avérer fastidieux. Découvrez comment les stratégies d’attaque et de contrôle peuvent vous aider.

Quels sont les ingrédients d’un blocage complet en défense sur une carte Attaque comme Hanamura ou le Temple d’Anubis ? Si vous découvrez le produit fini au cours du match, le fait est que tout blocage complet réussi commence en coulisses. Les entraîneurs et analystes passent des heures à réfléchir aux prochains adversaires et aux cartes pour déterminer quand et comment effectuer un blocage complet. Justin « Jayne » Conroy, entraîneur principal de la sélection canadienne pour la coupe du monde d’Overwatch 2018 et entraîneur adjoint de Dallas Fuel, connaît bien ce processus.

Avant tout, nous explique Justin, les équipes ne prévoient pas de tenter un blocage complet. Sur bien des cartes, l’essentiel est de gagner du temps au début pour prendre l’avantage dans le domaine capital de la gestion des capacités ultimes, en gardant les combats pour un autre point. « Commencer une partie en prévoyant un blocage complet est très risqué, puisque l’adversaire réapparaît plus près que vous, précise-t-il. Le point B est celui qui compte le plus pour tout le monde. En général, on construit la défense en gardant ça en tête. »

Mais quand une équipe en a absolument besoin, quelques éléments font un blocage réussi. Et il s’avère que même les meilleures défenses de l’Overwatch League ont besoin d’un peu d’attaque pour que ça fonctionne.

« Ce n’est pas parce que vous avez besoin d’un blocage complet qu’il faut partir sur une composition “tortue” : il faut avant tout éviter les combats d’équipe, et pour ça, il faut empêcher les autres de se mettre en place, ajoute Justin Conroy. Sur Hanamura, par exemple, vous vous installez au premier point d’étranglement et vous prenez la fenêtre. Ça les force à se battre pour avoir le droit de lancer un combat d’équipe au premier point. Vous empêchez les snipers de se positionner au goulet d’étranglement, et vous faites durer la pagaille avec vos propres “Picks”. »

C’est une stratégie qui marche pour les Fuel, qui l’ont suivie à la lettre dans la deuxième semaine de l’étape 4 de la saison dernière : ils ont interdit l’entrée à Philadelphia Fusion, qui n’a pas pu obtenir le moindre pourcentage sur Hanamura. Avec Reinhardt qui tenait la porte et D.Va qui bloquait la fenêtre, les Fuel ont laissé le champ libre à la Fatale de Timo « Taimou » Kettunen qui a pu faire le plein de « Picks ».

Justin Conroy nous a indiqué un autre duo de héros qui fonctionne particulièrement bien quand on cherche à réussir un blocage complet : les projectiles et mines de Chacal compliquent tout « Dive » adverse, et Orisa peut utiliser des barrières pour protéger son équipe tout en lançant Entrave sur les ennemis pour que Fatale puisse assurer facilement ses tirs à la tête.

« L’équipe qui obtient le premier “Pick” dans un combat d’équipe le remporte dans 70 % des cas, précise Justin Conroy. Quand vous défendez un point, le sacrifice n’est pas rentable, parce que l’adversaire réapparaît plus près que vous. Mais s’il ne peut pas se mettre en place pour un combat d’équipe dès le départ, vous avez toutes vos chances. »

Constituer la bonne équipe, prendre le contrôle des angles importants et éviter les combats à grande échelle. Les éléments-clés d’un blocage complet sont faciles à comprendre, mais très difficiles à mettre en œuvre, ce qui rend cet exploit d’autant plus impressionnant et exaltant quand les équipes parviennent à l’accomplir au sein de l’Overwatch League.