Mettre fin à une série de défaites, ce n’est jamais facile. Même les concurrents les plus expérimentés peuvent avoir du mal à se reprendre lorsqu’ils sont coincés dans une ornière et que la victoire semble toujours leur échapper.

Ce genre d’obstacles est d’autant plus difficile à surmonter pour une nouvelle équipe avec un effectif international, surtout lorsqu’elle compte quelques-uns des plus jeunes joueurs de la ligue. En entamant la troisième semaine de l’étape 2, les Guangzhou Charge avaient toutes les chances de battre le record de la plus longue série de défaites sur carte. Ils l’ont évité de justesse en remportant deux cartes contre les Hangzhou Spark, et ont même décroché leur première victoire de l’étape un peu plus tard, au cours d’un match éprouvant contre Atlanta Reign.

Pour le capitaine de l’équipe, Jeong-Yeon « Chara » Kim, cette victoire a été une source de soulagement, et être capable de rebondir après une aussi longue série de défaites prouve que l’équipe mûrit et acquiert une grande force mentale.

« Les joueurs et les encadrants ont passé des moments difficiles pendant la série de défaites, mais on a toujours eu des réunions et des discussions pour évoquer nos questions, nos problèmes et trouver des solutions, indique-t-il. On se répète toujours qu’on ne va jamais abandonner. C’est comme ça qu’on s’est remonté le moral, et qu’on a réussi à surmonter cette série de défaites. »

À 20 ans tout juste, Chara est l’un des joueurs les plus âgés des Charge : l’âge moyen de l’effectif est d’environ 18 ans. Cela a fait de lui le meneur de facto des autres joueurs, en particulier des Coréens, qu’il appelle ses « petits frères ».

Il reste modeste quant à ses contributions à l’équipe, attribuant la mentalité de ses équipiers au respect mutuel qui s’est instauré entre eux.

« Je suis le capitaine, mais je ne fais pas grand-chose. C’est juste que, comme je suis plus âgé, les autres joueurs m’écoutent davantage, explique-t-il. Ce n’est pas très difficile de diriger notre équipe. Le plus important, c’est que les joueurs s’entraident et se respectent les uns les autres. »

Diriger une nouvelle équipe pleine de jeunes joueurs parlant différentes langues représente un ensemble de défi unique en son genre, mais Chara ne manque pas d’expérience professionnelle sur laquelle s’appuyer. Il a commencé sa carrière début 2017 au sein de l’équipe coréenne Meta Bellum et l’a menée sur deux saisons de qualifications pour l’OGN APEX, le tournoi d’Overwatch le plus coté de Corée à l’époque. L’équipe a fini par se qualifier pour la saison 4 de l’APEX, mais n’a pas réussi à franchir les phases de groupe et a été reléguée.

Malgré ses résultats décevants à l’APEX, Meta Bellum a réussi à parvenir deux fois de suite en demi-finale des Contenders de Corée (saisons 1 et 2) sous la houlette de Chara. Chara est resté le capitaine et l’annonceur de Meta Bellum pendant près de deux ans, avant d’être recruté par Guangzhou Charge avec ses coéquipiers Jeong-Woo « Happy » Lee, Seung-Pyo « Rio » Oh et Won-Jae « Rise » Lee.

L’expérience de Chara en tant que meneur l’a bien préparé au rôle de capitaine des Charge, mais il s’efforce encore de surmonter la barrière de la langue qui constitue l’un des problèmes majeurs de l’équipe.

« Nous sommes une équipe internationale avec des joueurs qui parlent chinois, anglais et coréen, détaille-t-il. Actuellement, il faut qu’on parle anglais, alors je fais beaucoup plus d’efforts pour apprendre cette langue. »

La série de défaites a été rude pour les Charge, surtout après avoir manqué les finales de l’étape 1 de justesse, mais Chara sait que la ligue tient bien plus du marathon que du sprint. Son objectif : le développement sur le long terme pour bâtir le succès de son équipe en partant sur des bases saines. Il n’a que faire des raccourcis.

« Bien sûr, c’est important d’avoir de bons résultats et de montrer de belles performances en jeu, mais le plus important, pour nous, c’est d’établir des éléments fondamentaux et une culture d’équipe, et aussi d’améliorer la communication, développe-t-il. C’est pourquoi on doit se concentrer davantage là-dessus pour avoir de meilleures performances par la suite. »

Mais heureusement, Chara ne se consacre pas uniquement au travail. Intégrer l’Overwatch League lui a donné l’occasion de vivre dans un autre pays, et il l’a accueillie à bras ouverts.

« J’aime voyager et visiter de nouveaux endroits, et maintenant que je fais partie de l’Overwatch League, je m’adapte très bien et je m’amuse beaucoup, » sourit-il.

Cette fois encore, Guangzhou n’atteindra pas les finales d’étape, mais pour Chara, cette pause plus longue pourrait bien avoir ses avantages. Avant le début de la saison, il a indiqué sur Twitter qu’il cherchait à se faire de nouveaux amis. Malheureusement, l’emplacement de l’équipe et son programme chargé ont rendu la vie sociale compliquée.

« OWL ! Soyez mes amis ! Je veux me faire plein de nouveaux amis à LA »

« Je voulais me faire de nouveaux amis, et j’ai essayé, mais là où on habite, il n’y a que nos voisins ou presque. On ne peut pas vraiment aller s’amuser en ville, avance timidement Chara. J’attends toujours d’avoir des vacances ou une pause pour rencontrer des gens. »

Il a bien précisé quel genre d’amis il cherchait : « Je veux dire, des amis qui ne fassent pas partie de l’Overwatch League et qui ne soient pas joueurs pros. Des amis normaux ! »

À présent débarrassé de la pression liée à la série de défaites et prêt à profiter d’une pause bien méritée, Chara a bien l’intention de tirer le maximum de l’occasion qu’on lui a offerte. Il est prêt à guider les Charge vers des sommets encore plus élevés en deuxième moitié de saison.

« Dans la ligue, beaucoup de soutiens des grandes équipes sont très connus, et je veux en faire partie moi aussi, indique-t-il. Quand les gens parlent des supports principaux, je veux que ce soit à moi qu’ils pensent. »