La joie de la victoire peut se manifester de différentes façons. Elle peut prendre l’apparence d’un salto avant effectué par l’un des joueurs des San Francisco en allant serrer la main des Vancouver Titans, enfin vaincus. Ou bien celle des larmes de fierté de l’entraîneur principal Da-Hee « Crusty » Park alors qu’il prenait tout le monde dans ses bras, quelques secondes à peine après la victoire. C’est aussi le tank flex Hyo-Bin « Choihyobin » Choi qui a failli perdre ses lunettes dans la toute première effusion de bonheur, et qui s’est extrait du groupe pour éviter qu’elles ne se fassent écraser. Ou encore le joueur du match, Min-Ki « Viol2t » Park, qui trébuche sur le tank principal Matthew « super » DeLisi après la photo de groupe : deux adolescents hilares, étalés par terre, deux champions.

Ce dimanche à la Blizzard Arena de Los Angeles, les Shock se sont offert une couronne pour conclure une étape record, exceptionnelle, inimaginable, en battant les champions d’étape en titre 4 à 2. Ces six dernières semaines, ils ont laissé derrière eux leur triste défaite en finale de l’étape 1 et réussi un parcours sans faute sur 28 cartes, puis une performance mémorable en finales d’étape. Les défaites douloureuses sont souvent le catalyseur de triomphes encore plus délicieux, et les jeunes prodiges de San Francisco ont été généreusement récompensés en ce sens.

Les quelques mois de passif entre ces deux équipes ont ajouté une certaine dimension à ce match. Dimanche, après la cinquième carte, les Shock se sont retrouvés dans une situation étrangement semblable à celle qu’ils avaient vécue en finale de l’étape 1 : une partie qu’ils menaient 3 à 2 contre des Titans que la pression semble rendre de plus en plus puissants.

Mais cette fois, les Shock savaient à quoi s’attendre.

« La dernière fois, je crois qu’on a levé le pied et qu’on ne savait pas vraiment quoi faire, résume Super. Mais cette fois-ci, après la cinquième carte, j’ai dû passer la moitié du temps à dire : “on lâche rien, on fait pas le même coup que la dernière fois.” »

Ils n’ont pas fait le même coup que la dernière fois. Les Shock ont bouclé le match avec élégance sur la sixième carte, Blizzard World, avec des actions essentielles qui leur ont permis de conserver leur dynamisme. Ce n’était pas parfait, mais même avec quelques ultis ratées, ils se sont appuyés les uns sur les autres pour survivre et tenir la distance, jusqu’à pousser les Titans au point de rupture.

« Ce TIMING de @super_OW. #OWL2019. Si vous ne regardez pas, on espère que vous avez une bonne raison. Ce match est HALLUCINANT ! »

Qu’ils aient été décontenancés par la nouvelle maturité des Shock ou tout simplement affectés par leurs propres faiblesses du jour, les Titans n’ont rien montré de leur confiance à toute épreuve habituelle, ce qui a donné lieu à des hésitations, notamment dans les combats d’équipe : leur incapacité à tirer parti des Orbes à gravitons de Min-Soo « Seominsoo » Seo ou des Chocs sismiques de Sang-Beom « Bumper » Park détonnait nettement par rapport au jeu impitoyable qu’ils pratiquent en général.

Le simple fait d’arriver à forcer Vancouver à dévier de son plan de jeu, ne serait-ce qu’un peu, a représenté une grande victoire mentale pour San Francisco. « Ça nous a montré qu’ils avaient peur de nous, quelque part, et on a su qu’on les aurait si on continuait à y aller fort, » résume Super.

« On a fait beaucoup d’erreurs inhabituelles, a admis le soutien des Titans Seong-Jun “Slime” Kim après le match. On n’a pas réussi à mettre nos plans à exécution. » Cette défaite met un point final à leur impressionnante série de victoires, qui avait commencé le 21 juillet 2018, alors que la majeure partie de l’effectif jouait encore au sein de l’équipe coréenne RunAway.

Bumper, au sujet de la fin de cette ère de domination unique en son genre, à cheval sur deux ligues majeures et au sein de deux organisations différentes, a seulement conclu : « Je suis très content qu’on ait réussi à tenir une aussi longue série. »

« Coucou c’est BUMPER #ForceOfNature #OWL2019 »

Un peu plus de douze heures avant la finale malheureuse de Vancouver, l’équipe actuelle de RunAway (elle aussi championne en titre) a été éjectée des demi-finales des Contenders de Corée par des O2 Blast que personne n’avait vus venir. Celui qui menait littéralement la charge pour O2 n’était autre que l’ancien dieu des tanks de RunAway, Sang-Hoon « Kaiser » Ryu. Bumper n’était pas le successeur direct de Kaiser, mais il reste le plus remarquable, celui qui plastronne comme lui, et les résultats de dimanche nous ont rappelé que la mythologie des Titans, bien plus que de tout autre groupe de joueurs de l’Overwatch League, remonte à très loin.

Même si le passé n’est pas si passé que ça, l’avenir est déjà arrivé et a frappé à la porte avec impatience, sous les couleurs d’une aube ardente dans le ciel embrumé de la baie de San Francisco. Les Shock ont eux aussi une histoire riche : il s’agit, après tout, d’une équipe composée de jeunes prodiges et de génies tardifs, de courtisés et d’oubliés, réunis au sein d’un noyau à la joie contagieuse, tapageur et apprécié du public. Si leur défaite à l’étape 1 les a contrariés, c’est justement parce qu’ils étaient déjà arrivés sur le seuil, mais cette expérience leur a aussi donné le surplus de confiance en eux qui leur a permis d’accomplir… eh bien, tout ce qu’ils viennent d’accomplir à l’étape 2.

« Pour moi, on était tout juste meilleurs qu’eux la dernière fois, mais cette fois, je me disais : “on est bien meilleurs qu’eux, c’est sûr,” » déclare le DPS des Shock Dong-Jun « Rascal » Kim.

Overwatch a déjà connu de belles rivalités (certains joueurs de Vancouver peuvent en témoigner) et une partie d’entre elles est arrivée jusqu’à la saison inaugurale dans le sillage des légendes. Mais ce qui se dessine à présent, c’est l’aube de la première grande rivalité de l’Overwatch League. Les Titans, d’anciens dieux qui engloutiraient le monde si on les laissait faire ; les Shock, qui amènent un changement d’ordre tectonique dans les pouvoirs en place. La demi-finale de Vancouver contre les New York Excelsior (une autre équipe d’exception) ce samedi était intense et importante à sa façon, mais elle a semblé advenir avec une étape de retard. Les Titans et les Shock écrivent l’histoire de la saison 2019, et dans celle-ci, ce sont eux, pas New York ni Londres ni qui que ce soit d’autre, les boss de fin.

Personne d’autre n’aurait pu participer à la finale de l’étape 2. Et personne d’autre n’aurait pu infliger leur première défaite aux Vancouver Titans.

« C’est surtout pour ça que les avoir battus nous donne l’impression d’être la meilleure équipe du moment : parce qu’ils ont été la meilleure équipe pendant très longtemps, analyse le soutien Grant “moth” Espe. Tout le monde veut les battre. »

À présent, les Shock sont conscients d’être l’équipe à abattre. Les champions d’étape précédents (dont les Titans) pourraient le leur dire : conserver le titre est bien plus ardu que de s’en emparer. Mais ce défi attendra un autre jour, après avoir profité de l’All-Star et d’une pause bien méritée. Pour l’instant, ils sont satisfaits de savoir qu’ils sont indiscutablement la meilleure équipe de l’Overwatch League.

« La première place a toujours échappé à notre équipe : on était toujours deuxièmes ou troisièmes ou quatrièmes. “Ils sont bons mais il y en a de meilleurs, comme NYXL ou Vancouver,” rappelle Crusty. Aujourd’hui, on en a fini avec ça. »

I, YOU, WE MADE IT. Thanks for all of the Fans , Staff, Players. I’m really proud of you guys. We learn lots of things from before stage and we made it this time. #RideTheWave #OWL2019

— Crusty (@ShockCrusty) May 12, 2019

« JE, VOUS, ON A RÉUSSI. Merci à tous les fans, encadrants, joueurs. Je suis super fier de vous. On a appris beaucoup de choses à l’étape précédente et cette fois, c’est gagné. #RideTheWave #OWL2019 »

Rejoignez-nous pour l’All-Star 2019 de l’Overwatch League, les 15 et 16 mai. L’étape 3 commence la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 juin à 1h00 (heure de Paris) avec un duel entre San Francisco Shock (11 victoires, 3 défaites) et Atlanta Reign (7 victoires, 7 défaites). Suivez tous les matchs de la saison 2019 en direct et à la demande sur overwatchleague.com, l’application officielle de l’Overwatch League, notre chaîne Twitch, MLG.com et l’application MLG.