C’est l’éclate ! Tel était le message communiqué par le soutien des Atlanta Reign, Dusttin « Dogman » Bowerman, ce samedi, d’une voix teintée de jubilation et d’excitation qui résonnait dans tout le Cobb Energy Centre ; une salle qui méritait bien son nom tant elle bouillonnait d’énergie pour le week-end à domicile d’Atlanta. En son enceinte, l’ambiance était électrique et magique, et en effet, c’était l’éclate : tout ce qu’il fallait pour instaurer un lien durable entre une équipe et ses fervents supporters.

Tout ceci a fourni de la motivation à Dogman et ses coéquipiers, suscité la fierté de l’organisation des Reign et représenté un bon présage pour les projets de l’Overwatch League pour 2020 et au-delà.

Paul Hamilton, PDG d’Atlanta Esports Ventures, s’est émerveillé du soutien « étourdissant » des fans lors de cet évènement qui s’est joué à guichets fermés sur les deux jours. « Les joueurs pensent savoir combien de fans ils ont, mais ils n’en ont pas la moindre idée, m’a-t-il expliqué le dimanche après-midi. Et puis ils arrivent ici, et il y a des milliers de gens qui les acclament et qui attendent qu’ils leur signent des autographes. Tout le Sud-Est est venu soutenir Atlanta. Ça a vraiment permis d’intégrer notre équipe à la ville. »

Si cette idée de créer un lien organique entre un lieu et un groupe de joueurs pros peut avoir l’air intimidante, n’en dites rien aux spectateurs de Los Angeles, de la baie de San Francisco ou de Dallas, et encore moins aux habitants d’Atlanta. De toute façon, ils ne vous entendront pas : leurs acclamations sont trop sonores.

1. Contrairement au gigantesque Allen Event Center de Dallas, la salle d’Atlanta offrait l’intimité d’un théâtre, et l’ambiance m’a rappelé celle d’un concert : tapageuse et un peu désordonnée. Les Reign ont fait monter la sauce avec une entrée en scène secrètement menée par leur ancienne star, Daniel « dafran » Francesca :

Après cet accueil digne de rockstars, impossible que le week-end se passe mal, d’après le DPS Andrej « babybay » Francisty : « Ça nous motive encore plus, c’est tout, tu vois ? m’a-t-il indiqué le samedi. On n’a aucun doute. On est là et on se dit : “On ne peut pas perdre, tout le monde ici compte sur nous.” Et franchement, ça nous aide à assurer. »

Pour le soutien Petja « Masaa » Kantanen, il n’y a aucune comparaison possible entre Los Angeles et Atlanta : « Le public est hallucinant ici : l’ambiance, l’énergie, c’est vraiment énorme. On n’arrête pas de sourire parce qu’on sait que le public local est là pour nous soutenir. »

Après avoir battu Toronto 3 à 1 et infligé une cuisante défaite aux Mayhem avec le soutien du public, les Reign sont revenus dans la course aux playoffs, et les joueurs estiment tous pouvoir mettre à profit la bonne dynamique de ce week-end à domicile pour consolider encore davantage leur place au classement à l’étape 4.

« Si seulement vous pouviez être là pour tous nos matchs, sérieux ! » a lancé babybay au public le dimanche, encore incrédule. Ce vœu deviendra bientôt réalité.

2. L’idée d’un week-end à Atlanta n’aurait sans doute guère enchanté les New York Excelsior à l’étape 2, après deux défaites face aux Reign, mais au moins le déplacement n’impliquait pas une troisième rencontre face à leur talon d’Achille. Au lieu de cela, les NYXL ont obtenu des victoires confortables face aux Florida Mayhem et Toronto Defiant, avec 7 victoires sur carte et 0 défaite au total. Ils terminent ainsi leur deuxième étape invaincue et décrochent la première place en finales d’étape.

Plus tôt au cours de la saison, quand Sombra a connu un bref pic de popularité, c’est le joueur de D.Va qui se chargeait généralement du piratage. Mais avec l’avènement de la méta Sombra-Ana, les choses ont changé, et la compo nécessite généralement un troisième DPS plutôt qu’un tank flex. En quatrième semaine, les NYXL ont demandé à Hae-Seong « Libero » Kim de jouer D.Va de temps à autre. À Atlanta, c’est Jong-Ryeol « Saebyeolbe » Park qui s’en est chargé.

Tae-Hong « MekO » Kim ne tarissait pas d’éloges sur ses coéquipiers et a même qualifié le jeu de Saebyeolbe avec D.Va de « fantastique, » bien qu’il ne s’agisse pas de son poste habituel.

« S’ils n’ont pas l’air de maîtriser D.Va, c’est uniquement parce qu’on ne les a pas encore beaucoup vus la jouer, a-t-il ajouté avant de sourire : je n’ai qu’un conseil à leur donner, c’est de regarder les matchs de mon point de vue. »

3. Mon interprétation de quelques-uns des moments mémorables de ce week-end :

Le cœur envoyé par Dogman en direction du public samedi : joie, reconnaissance, affection. Dafran qui se jette au sol après avoir perdu le 1c1 Torbjörn : malheur, comédie, cinéma. Le pouce vers le bas de Min-Sung « diem » Bae vers le côté de la scène réservé à l’équipe adverse : provocation, pression, lancement d’un défi.

Le contexte de ce dernier geste est plutôt intéressant, pour ceux d’entre vous qui l’ignoreraient :

Believe it or not, Widowmaker stars and long-time friends Carpe and Diem face off for the first time in professional play in a Widow duel that will decide the final playoff spot for Stage 3. Anime script writers couldn’t top this storyline.

— Wolf Schröder (@proxywolf) July 7, 2019

« Vous n’allez pas le croire, mais les stars de Fatale et amis de longue date Carpe et diem s’affrontent aujourd’hui pour la première fois de leur carrière pro au cours d’un duel de Fatale qui déterminera la dernière place en finales de l’étape 3. Digne d’un scénario d’anime. »

Tel était le point de départ du duel de dimanche entre Shanghai et Philadelphie, une victoire 3 à 1 pour les Dragons qui leur a permis d’accéder à leurs deuxièmes finales d’étape consécutives. Après le match, diem a indiqué à notre envoyé spécial Danny Lim qu’au départ, il voulait seulement montrer Carpe du doigt. Mais, comme il l’a expliqué : « Toute l’équipe m’a dit que je devrais aller plus loin pour affirmer ma domination. »

Ce genre de badinage, dans le cadre d’une amitié de longue date ET d’un affrontement aux enjeux élevés, a le don de ravir le public, et Carpe et diem s’en sont donné à cœur joie, faisant de l’usine Volskaya et de Dorado de véritables festivals de coups d’éclat. Quant au face-à-face, diem en est sorti vainqueur au moins selon les statistiques de Shanghai, même si le duel était serré. Pardon aux latinistes, mais désormais, on va dire « Diem Carpe ».

4. Moins de 24 heures avant de battre Philadelphie, les Dragons avaient eu l’air à côté de la plaque face aux Guangzhou Charge, avec une défaite 1 à 3. Young-Jin « Gamsu » Noh m’a expliqué que l’équipe s’en est remise en ne s’appesantissant pas du tout sur ce résultat. « On est allés au restaurant, on a très bien mangé, et on est tous allés dormir, a-t-il résumé. On a simplement essayé d’être de bonne humeur pour aujourd’hui, et ça a marché. »

Shanghai a conservé cette bonne humeur face aux médias, alors que diem était interrogé sur son duel contre Carpe. Avec Gyeong-Woo « Coma » Son qui soignait sa Fatale et les interventions régulières d’Orisa avec Entrave, Gamsu a indiqué que tout s’était passé comme prévu.

« C’était de la manipulation, pour que Carpe se dise : “Hé, où sont mes alliés, mes renforts ?” » a-t-il souri.

« Protégez le roi ! » a ajouté Coma en indiquant diem.

5. Une semaine à deux victoires pour Guangzhou ne s’était pas produite depuis la troisième semaine de l’étape 1, l’équipe ayant connu des difficultés d’apprentissage tout au long de la saison. Mais dans le dernier match de samedi, les Charge ont montré l’un de leurs efforts collectifs les plus impressionnants de l’année avec une victoire 3 à 1 contre les Dragons ; ils ont ainsi vengé leur défaite de la quatrième semaine et rappelé leur potentiel au reste de la ligue.

Népal : 2-1. Horizon : 6-5. Numbani : 3-2, avec une défense du point C courageuse mais calme, comme on en voit généralement chez les équipes aspirant au titre de championne d’étape. Ces scores sur carte étaient particulièrement serrés, mais les Charge en sont sortis vainqueurs grâce à des performances monstrueuses de Jeong-Woo « Happy » Lee (qui s’est montré meilleur que diem, le dieu des snipers) et du tank principal magistral Seung-Pyo « Rio » Oh, dans le cadre d’une stratégie globale des plus solides.

La dernière fois, d’après le soutien Jin-Seo « Shu » Kim, l’équipe ne s’était pas montrée assez disciplinée pour tenir face aux compos DPS piégeuses de Shanghai. Mais cette semaine, Guangzhou avait préparé des contre-stratégies de son cru. Et même si la revanche est toujours agréable, c’est encore mieux quand on l’obtient devant un public aussi passionné.

« Ouaaaaaais, s’est exclamé Shu, particulièrement satisfait. C’était tellement bon, j’en avais la chair de poule. On attendait en coulisses quand Atlanta a gagné contre Toronto samedi, et on a entendu le public se déchaîner, ça nous a vraiment motivés. C’est pour ce genre de sensation que je suis joueur pro. »

Les Charge n’ont pas encore fini de grandir, et l’étape 4 va leur donner bon nombre d’occasions de perturber le classement. « On n’a rien à perdre, alors on ne peut que s’efforcer de réussir, a conclu Shu. On veut attraper les autres équipes par la cheville pour les empêcher d’atteindre les playoffs. »

6. Il faut sans doute qu’on parle du 1c1 Torbjörn de dimanche entre dafran et le DPS de Toronto Defiant Liam « Mangachu » Campbell, deux des chouchous de la communauté d’Overwatch. Ce match d’exhibition digne de l’usine à mèmes qu’est Twitter a évidemment connu un succès phénoménal auprès du public d’Atlanta, mais si l’on se penche uniquement sur ce qui s’est passé en jeu, il faut avouer que c’était plutôt comique. Si vous l’avez raté, imaginez deux Scandinaves trapus qui se pourchassent l’un l’autre en jouant du marteau. Mangachu a gagné 7 à 5, mais quel genre de stratégie a-t-on vu à l’œuvre ?

« Frapper le premier, c’est assez important, parce que l’animation est un peu longue, surtout si on n’utilise pas Surcharge, a expliqué Mangachu. Dafran employait des tactiques comme me sauter au-dessus de la tête, les escaliers… à chaque fois, je me disais : “bon sang, qu’est-ce qui se passe ?” C’était marrant. »

Il n’y avait pas le moindre enjeu, et pourtant, les équipes se sont énormément investies. Dogman et babybay se sont introduits sur scène et ont même essayé d’intimider l’adversaire, s’est amusé Mangachu.

« Ils le provoquaient, oui. Ensuite, j’ai tué dafran deux fois et j’ai voulu les faire dégager. Mes coéquipiers regardaient le flux vidéo et ils ont vu babybay et Dogman arriver, depuis la salle d’entraînement des joueurs, deux étages au-dessus. Ils se sont précipités pour m’encourager. »

7. Les Defiant ont senti le poids du mépris feint du public local lorsqu’ils ont affronté Atlanta le samedi, et ils ont volontiers endossé le rôle d’antagonistes.

« Ça m’a vraiment donné la pêche, ça a motivé toute notre équipe, m’a raconté le tank flex de Toronto Daniel “Gods” Graeser après le match. Si je pouvais être le méchant à chaque fois, je crois qu’on serait tous partants. C’est aussi marrant d’avoir le public contre soi que derrière soi. On ne lui en a pas voulu du tout, au contraire, on a adoré. »

« C’est génial de voir un public aussi passionné, même si ce n’était pas en notre faveur, » a ajouté Mangachu.

8. Parmi les joueurs que j’ai interrogés, Gods, qui vient de Jackson, dans le Mississippi, a été le seul à ne pas se plaindre de la lourdeur estivale qui régnait à Atlanta.

« C’est comme chez moi, tu vois ? Quand on sort, mes coéquipiers sont là : “Oh, quelle chaleur, et puis l’humidité…” Mais moi, quand je sors chez moi, c’est exactement comme moi, alors ça me convient très bien. Et le tempérament des gens qui vivent ici, et puis la ville elle-même, la culture… tout ça m’est familier. Je suis ravi d’être ici. »

Je me demandais comment on s’en tirait quand on avait l’habitude d’un climat plus froid.

« Je ne vais pas te mentir, je souffre, a avoué le Finlandais Masaa avec sa sincérité habituelle. L’humidité et la chaleur, c’est un peu trop pour moi, mais j’imagine qu’on s’y habitue. Si on passe une semaine ou deux ici, on ne le remarque sûrement plus, mais pour le moment, dès que je mets le pied dehors, je transpire très vite. »

9. Record mis à part, les Washington Justice montrent de belles améliorations ces dernières semaines. Ils expérimentent de nouvelles compositions, notamment autour du rôle de DPS, ce qui a donné à des joueurs comme Ethan « Stratus » Yankel l’occasion d’entrer en jeu. Il a publié un tweet après la défaite de samedi, 1 à 3 contre les Fusion, qui fait figure de piqûre de rappel : tous les joueurs, quel que soit le succès de leur équipe, cherchent toujours à s’améliorer.

Voici ce qu’il m’a déclaré à propos de cette révélation : « Je fais partie de l’Overwatch League depuis trois étapes. Pendant les deux premières, je n’ai pas joué mon rôle (DPS) une seule fois, sauf Chacal une fois contre NYXL, et je n’ai jamais joué plus de deux cartes sur un match. Du coup, je n’avais aucune victoire sur carte à mon actif, je n’avais jamais eu d’instant crucial ou quoi que ce soit dans le genre pour prouver que j’étais à ma place. »

Le moment crucial en question, qui s’est fait attendre si longtemps :

« @StratusEclipse dit FINI LES PROLONGATIONS ! #JusticeIsServed #ATLHomestand »

10. Huit équipes seulement s’affrontaient ce week-end, mais la présence de l’Overwatch League ne s’arrêtait pas là. Outre le spectacle, un travail monumental est abattu en coulisses pour qu’un tel évènement soit possible, et beaucoup d’autres équipes ont envoyé des représentants observer le week-end à domicile d’Atlanta pour préparer leur implantation en 2020.

J’ai demandé à Mason Dusanic, responsable des opérations pour les Justice, quels enseignements les équipes invitées pouvaient retirer des week-ends à domicile.

« Ça nous permet de voir à quoi nous attendre, et ce qu’on attendra de nous, l’an prochain. Une bonne partie de notre équipe est venue de D.C., non seulement pour soutenir les joueurs, mais aussi pour se rendre compte de l’ampleur du spectacle proposé et pour voir comment on peut arriver à faire aussi bien, sinon mieux. On voulait aussi voir comment s’en sortent nos joueurs, en particulier hors de leur cadre habituel. »

D’après Mason Dusanic, un précédent déplacement à D.C. avait mis en lumière les habitudes, goûts et dégoûts des joueurs. Pour le voyage à Atlanta, comme de nombreux joueurs américains ont de la famille sur la côte est, la priorité était de permettre à chacun de passer du temps avec ses proches, plutôt que d’organiser une sortie en équipe ou une activité pour souder le groupe.

L’autre objectif était de louer quelques salles dans un centre de jeu près du centre-ville d’Atlanta, pour que les joueurs puissent s’éloigner de l’arène : « essayer de leur offrir la possibilité de rester dans leur zone de confort, même quand ils sont dans un endroit peu confortable, » précise Dusanic.

Les finales de l’étape 3 commencent la nuit du jeudi 11 au vendredi 12 juillet, avec un match entre les Outlaws et les Titans à 3h00 (heure de Paris), immédiatement suivi par un duel entre les Dragons et les Excelsior. Suivez tous les matchs de la saison 2019 en direct et à la demande sur overwatchleague.com, l’application officielle de l’Overwatch League, notre chaîne Twitch, MLG.com et l’application MLG.