学一门语言, 就是多一个观察世界的窗户. Apprendre une langue, c’est ouvrir une nouvelle fenêtre sur le monde. — Proverbe chinois

Bien qu’il n’y ait qu’une seule équipe représentant officiellement une ville sud-coréenne dans l’Overwatch League, Seoul Dynasty, plus de la moitié des joueurs de la ligue sont coréens. Plusieurs villes sont représentées par des formations 100 % coréennes, dont New York Excelsior et London Spitfire, tandis que d’autres équipes comme San Francisco Shock et Washington Justice ont des effectifs mixtes.

Parler leur langue

Benjamin « BigGoose » Isohanni, soutien de Los Angeles Gladiators, tente de relever un défi supplémentaire en dehors du jeu : apprendre le coréen.

Pour la plupart des joueurs coréens de la ligue, apprendre l’anglais est capital, que ce soit pour faciliter la communication avec leurs équipiers ou entretenir la relation avec leurs fans locaux. C’est un effort qui passe parfois inaperçu. En plus des entraînements difficiles pour chacun de leurs matchs, les joueurs coréens doivent également relever le défi d’apprendre une langue complètement inconnue en parallèle.

Certains joueurs ont un avantage sur les autres, soit parce qu’ils ont commencé à étudier l’anglais à l’école, soit parce qu’ils ont appris la langue rapidement. J’ai pu parler de leur apprentissage linguistique — en anglais — avec quelques joueurs coréens issus d’équipes mixtes et d’équipes 100 % coréennes

Dong-Jun « Rascal » Kim, San Francisco Shock

San Francisco Shock est l’équipe mixte la plus aguerrie de la ligue et la communication entre ses membres est largement facilitée par la présence de Rascal, un joueur DPS polyvalent qui est aussi l’un des membres les plus loquaces de la formation. Rascal est connu pour choisir rapidement les nouveaux héros. C’est une caractéristique qui reflète clairement sa capacité d’adaptation dans la vie réelle, car bien qu’il n’étudie l’anglais que depuis six mois, il a fait des progrès impressionnants.

Comment Rascal travaille son anglais : « Je parle beaucoup avec les autres et je regarde Netflix. J’ai bien aimé regarder 13 Reasons Why. En général, chez les Shock, quand les joueurs apprennent à parler anglais, ils regardent Netflix. J’ai aussi regardé Spider-Man: New Generationrécemment. »

« J’ai commencé à apprendre l’anglais à l’école, mais je n’ai pas vraiment persévéré parce que je n’étais pas un bon élève, » confie Rascal. « Ça m’a aidé [à communiquer avec mes coéquipiers], mais par moments, c’est toujours difficile. Mes coéquipiers m’aident à m’exprimer plus simplement et à améliorer ma prononciation. Même si les Coréens apprennent l’anglais, notre prononciation n’est pas très bonne. Ils m’apprennent aussi des mots. »

Par exemple ? Rascal sourit. « Par exemple… Des emotes Twitch ? ˝Kappa.˝ Ce genre de choses. »

Pendant la trêve entre les étapes 2 et 3, les Shock sont allés dans la Bay Area rencontrer leurs supporters locaux. Rascal prend un petit moment de réflexion pour finalement trouver un moyen plutôt original de décrire ce qu’il a ressenti face à son public de fans.

« Nos fans étaient… grands et orange, » décrit-il. « Tout le monde portait des maillots des Shock ! Ce sera vraiment bien de jouer à San Francisco l’année prochaine. Et j’ai vraiment hâte de découvrir d’autres endroits, pas seulement San Francisco. Je veux aller partout. »

LOOK AT THESE BEAUTIFUL FANS!! So happy to see our Bay Area locals come out to the meet and greet at Aquatic Park! #ShockintheBay

« LES FANS SONT MAGNIFIQUES !!! »

« Trop content de rencontrer les supporters locaux qui sont venus nous voir à l’Aquatic Park ! »

— San Francisco Shock (@SFShock)

« 1er juin 2019 »

Jun-Ho « Fury » Kim, London Spitfire

Bien que London Spitfire soit composé uniquement de joueurs coréens, l’équipe a beaucoup travaillé l’anglais pour se préparer pour l’année prochaine, où elle sera basée à Londres. Fury, tank flex de l’équipe, apprend l’anglais depuis le collège. Il fait partie des premiers joueurs coréens de la ligue à demander des interviews en anglais.

Comment Fury travaille son anglais : « J’aime regarder des films, parfois sans sous-titres. J’ai regardé Avengers: Endgame comme ça récemment ; les films de super-héros sont faciles à comprendre sans sous-titres. J’aime aussi le football. Les jours de repos, je joue à FIFA et ça m’aide. »

« Au collège, je m’entraînais beaucoup en prenant des cours supplémentaires et en regardant des films en anglais, » explique-t-il. « Quand j’étais chez Team Liquid, j’étais seul et il n’y avait pas de traducteur, alors j’utilisais une application de traduction. »

Pendant la période hors-saison l’année dernière, l’équipe est allée visiter sa ville de rattachement et rencontrer ses fans. « Quand j’étais à Londres, on est allés dans un bar à jeux et il y avait vraiment beaucoup de fans, » se souvient Fury. « Londres a une architecture magnifique. » J’ai aimé Tower Bridge et Big Ben, mais pendant notre séjour, Big Ben était en réparation, ce qui fait que je n’ai pas pu la visiter. »

London #SpitfireInLondon

« Londres »

« 21 octobre 2018 »

Avant de devenir joueur pro, Fury voulait faire une école de cuisine et c’est quelque chose qu’il pense reprendre après sa carrière e-sportive. « J’aime faire à manger. Je ne le fais pas en ce moment, mais si j’arrête le jeu en pro, j’essaierai d’apprendre la cuisine. Si je continue à travailler mon anglais, peut-être que j’irai apprendre à cuisiner dans un autre pays. »

Yeon-Jun « ArK » Hong, Washington Justice

Au poste de soutien principal de New York Excelsior la saison dernière, Ark s’est constitué un large public de fans dès le départ.

« J’ai appris l’anglais quand j’étais en Corée. L’anglais est l’une des matières du test d’aptitude scolaire coréen, donc c’est par là que j’ai commencé, » explique-t-il. « En Corée, on apprend surtout à lire et on acquiert beaucoup de vocabulaire, mais on a plus de mal à parler couramment. »

Ark a rejoint Washington Justice au milieu de la saison 2019. Il a apporté énormément à l’effectif mixte de l’équipe en raison de sa capacité faire des shotcalls à la fois en anglais et en coréen.

Thank u very much for all the NYXL fans. Another fun chance to join new @washjustice squad. Gonna try to keep up with the team. Starting from #15 is first objective. And thanks to all the NYXL teammates. Personality skills and everything was perfect. Thank u.

— ArK (@Arkyjun) March 18, 2019

« Merci à tous les supporters de New York Excelsior. »

« C’est une chance de rejoindre la nouvelle formation de @washjustice »

« Je vais essayer de suivre au mieux. »

« Mon premier objectif sera la 15e place. »

« Et merci à tous mes coéquipiers de New York Excelsior. »

« Vous étiez tous parfaits. »

« Merci. »

« [18 mars 2019] »

« En jeu, je fais de la traduction et je suis le principal shotcaller, alors je suis assez occupé, » dit Ark. « Je parlais déjà beaucoup quand j’étais avec New York Excelsior, mais là je crois que je parle deux fois plus et j’ai parfois mal à la gorge après les matchs. »

Comment Ark travaille son anglais : « En fait, je n’étudie pas et je ne pratique pas vraiment la langue. J’ai appris un peu en streaming et dans les communications, ou en parlant avec des joueurs étrangers, mais à part ça, je ne pratique pas vraiment. »

Presque tous les joueurs interrogés pour cet article nous ont confié être très impatients d’aller en Europe l’année prochaine, un sentiment partagé par Ark.

« J’ai été en Chine et dans des villes aux États-Unis, mais jamais en Europe, » explique-t-il. « J’ai hâte de découvrir la culture, les statues, les monuments… ce genre de choses. »

En apprenant que les autres joueurs nous ont répondu sensiblement la même chose, Ark rit et nous dit que ça ne le surprend pas.

« Je crois qu’il y a un énorme fossé culturel, » ajoute-t-il. « Beaucoup de joueurs coréens n’ont jamais été en Europe avant, non plus. J’ai vécu à Séoul, une grande ville avec beaucoup de gratte-ciel et quand je suis arrivé [à Los Angeles], j’ai été très surpris. Tout était plat et étendu ! »

Young-Seo « KariV » Park, Los Angeles Valiant

En 2017, Kariv a rejoint Immortals en tant que nouveau soutien flex, devenant ainsi l’un des premiers joueurs coréens à jouer dans une équipe nord-américaine d’Overwatch. Immortals est ensuite devenu Los Angeles Valiant et depuis deux ans, Kariv a continué à améliorer son anglais à la fois dans le jeu et hors du jeu.

« Je n’ai pas beaucoup appris l’anglais à l’école, mais maintenant, j’ai un professeur, » nous dit Kariv. « Ce n’est plus aussi compliqué de communiquer avec mon équipe. Il y a parfois des difficultés, mais on a un traducteur et ça facilite les choses. »

HAHA we got some time left before our next match. @KarivOW learning some everyday english in the downtime hahaha i love my boys

« HAHA il nous reste un peu de temps avant notre prochain match. @KarivOW en profite pour apprendre un peu d’anglais courant, hahaha j’adore mes gars. »

« — Joshua Minsoo Kim (@Joshumins) 3 juin 2017 »

Une des choses qui ont le plus facilité l’apprentissage de Kariv est le fait d’avoir Brady « Agilities » Girardi comme camarade de chambre.

« Brady m’aide beaucoup, » explique Kariv. « Par exemple, parfois je dis ˝lui˝ sans le faire exprès en parlant d’une femme, et il me corrige en me disant ˝Non, elle˝, ce genre de choses. Tout le monde m’aide, mais c’est surtout Brady qui m’apporte beaucoup parce que c’est mon camarade de chambre. »

Comment Ark travaille son anglais : « J’aime chanter des chansons en anglais et regarder des séries comme The Walking Dead. »

Los Angeles Valiant joue généralement avec beaucoup de supporters, alors aller à Dallas et rencontrer les fans à domicile était une nouvelle expérience pour toute l’équipe, dont Kariv.

« Nos fans de Dallas étaient tellement excités et bruyants que ça m’a rendu un peu nerveux parce qu’ils hurlaient tous, » avoue Kariv. « Mais je crois que c’est plutôt un bon signe que les fans soient bruyants. Je suis très impatient de visiter d’autres pays que la Corée et les États-Unis. J’ai hâte d’aller à New York parce que j’ai regardé [la finale] et les autres joueurs ont posté des images sur les réseaux sociaux, ça a l’air vraiment cool. »

Et quand on lui demande s’il compte continuer à apprendre l’anglais une fois sa carrière terminée : « Au moment où j’arrêterai ma carrière, mon anglais sera déjà très bon, » dit-il en souriant.

Jong-Ryeol «Saebyeolbe» Park, New York Excelsior

New York Excelsior a la plus grande communauté de fans de la ligue, principalement en raison des personnalités marquées de l’équipe et de leurs efforts pour rencontrer leur public. Saebyeolbe, dont les talent de DPS et le charisme lui ont valu un grand succès l’année dernière, est un des joueurs les plus à l’aise quand il s’agit de parler anglais.

« J’ai commencé à apprendre l’anglais dans les jeux, » explique-t-il. « En compétitif, je joue toujours avec les joueurs anglophones, pas les joueurs coréens, c’est comme ça que j’ai appris avec le jeu. J’ai commencé il y a trois ou quatre ans. Je n’ai rien appris à l’école, juste dans le jeu. »

Comment Saebyeolbe travaille son anglais : « Je regarde des séries TV. J’aime bien Chernobyl. Quand je vais faire mes courses, je parle anglais. C’est comme ça que je m’entraîne, dans la vie de tous les jours. Je ne vis pas avec l’équipe, alors quand j’appelle des Uber ou que je commande à manger, j’utilise l’anglais. »

Saebyeolbe est connu pour ses célèbres phrases en anglais, avec par exemple : « I’m the best Tracer in the world, » [Je suis le meilleur Tracer du monde], prononcée en interview suite à la victoire de New York Excelsior en finale de l’étape 3 l’année dernière. Il sait parfaitement à quel point l’apprentissage de l’anglais l’aide personnellement et aide le reste de son équipe.

« Notre équipe apprend l’anglais ensemble, » précise Saebyeolbe. « On a un cours d’anglais avec différents niveaux, A, B ou C. Les autres membres de l’équipe sont tous dans le cours C, le niveau le plus faible. »

Il rit. « Je crois que c’est moi qui ai le meilleur anglais de l’équipe, maintenant que Ark est parti. »

L’été dernier, Saebyeolbe est entré dans l’histoire en devenant le premier joueur d’e-sport à lancer la première balle d’un match de baseball de la Ligue majeure, au Citi Field de New York. Cette expérience l’a particulièrement motivé pour l’implantation en 2020.

On July 25th, @saebyeolbe will be throwing the first pitch at a @Mets game, #Overwatch #MLB

« Le 25 juillet, @saebyeolbe réalisera le premier lancer d’un match des @Mets, #Overwatch #MLB »

« 24 juillet 2018 »

« Quand je suis allé à New York, je me suis senti chez moi, » dit-il. « Les fans de New York sont comme mes amis et ma famille… Je suis très impatient de ˝rentrer à la maison˝ la saison prochaine. »