1422-titans-2.jpg

Je crois qu’à présent, nous avons tous accepté le fait que l’étape 4 ne ressemble à rien de ce que cette saison nous avait offert jusqu’ici. La méta est radicalement différente, bien entendu, et la hiérarchie des équipes en a été nettement bouleversée.

Pour moi, le temps joue aussi un rôle essentiel. Pour certaines équipes, les playoffs sont hors de portée, et l’approche de la fin de la saison en devient libératrice. La disparition de toute pression leur fait l’effet d’un second souffle en fin de marathon et les pousse à tenter d’établir un record personnel. Mais d’autres équipes n’ont pas ce luxe : elles essaient encore de se frayer un chemin pour sortir d’un épais brouillard. Pour elles, le résultat de chaque match, chaque carte, chaque combat d’équipe représente une étape de plus sur la route des playoffs… ou vers un cul-de-sac. Ces équipes-là rêveraient d’avoir davantage de temps devant elles.

Au terme de la troisième semaine, sept équipes sont sûres de participer aux playoffs ou au moins aux barrages : Vancouver, New York, San Francisco, Londres, LA Gladiators, Hangzhou et Séoul. Pour toutes les autres, l’heure tourne.

1. Je pensais que les cinq cartes décisives de la deuxième semaine resteraient inégalées. Mais en fait, on en a eu une de plus. Vous vous souvenez de jeudi dernier ? J’ai l’impression que c’était il y a cinq ans, mais c’est peut-être simplement parce que trois des quatre matchs de la journée se sont étendus sur cinq cartes (dont deux remontées, par-dessus le marché). Vendredi, nous en avons eu deux de plus, dont une remontée, et la sixième a eu lieu hier. Je ne suis pas sûre qu’on se soit déjà remis de toute cette excitation, mais il n’est jamais trop tôt pour s’y replonger, pas vrai ?

Classement des matchs en 5 cartes de la troisième semaine :

1422-eileen.jpg

  1. Charge 3-2 Dynasty. Ce match nous a offert une intensité digne des grands jours dès le début, avec les deux équipes qui se rendaient coup pour coup sur Ilios. Guangzhou a pris le dessus en deuxième mi-temps, parvenant à survivre face à Séoul au cours d’une bataille très serrée sur King’s Row. Sur Lijiang, Yiliang « Eileen » Ou a été à la hauteur de sa réputation en brillant avec ses héros emblématiques, Doomfist et Sombra.
  2. Justice 3-2 Outlaws. Il peut sembler curieux de placer ceci si haut, puisqu’il n’y avait aucun véritable enjeu pour les deux équipes en lice, mais c’est peut-être justement pour cette raison que ce match a été assez fantastique. Sans pression extérieure, les adversaires avaient tout de même l’air motivés et nous ont offert un duel imprévisible, plein de changements de dynamique et d’actions individuelles spectaculaires.
  3. Titans 3-2 Spitfire. Ce match a été curieux : Londres a remporté la carte Contrôle, mais a perdu en Attaque, pour commencer. Il aurait pu nous offrir un aperçu d’un potentiel duel d’anthologie en playoffs, mais aucune des deux équipes n’était au mieux de sa forme. Vancouver a tout de même pris le dessus, et le soutien Ju-Seok « Twilight » Lee a continué à conforter sa candidature au titre de MVP, en particulier avec Ana.
  4. Eternal 3-2 Fusion. Un résultat un peu amer pour Paris, qui a attendu toute la saison une performance de cette envergure pour faire ses preuves. George « ShaDowBurn » Gushcha, qui n’a pas eu une saison des plus constantes, s’est montré héroïque avec Pharah (face à son ancienne équipe, en plus), ce qui a dû lui faire du bien.
  5. Gladiators 3-2 Fuel. Dans le domaine des remontées, ce match nous a offert un exemple classique de « l’équipe favorite ne joue pas à son niveau habituel en première mi-temps mais se reprend ensuite. » Les fans de Mei vont adorer regarder la vidéo, en tout cas, car on a eu droit à des compos miroir presque tout du long.
  6. NYXL 3-2 Spark. Un tremplin pour Hangzhou, une brève flamboyance pour New York. Les deux équipes étaient encore dans cette zone de vague où on ne sait pas trop comment jouer la méta, mais Hollywood et Junkertown ont été divertissantes.

2. Au début de l’étape 4, je me demandais si Vancouver et San Francisco parviendraient à tenir le rythme effréné mis en place sur les trois premières, mais à part un cafouillage des Titans, les deux géants de la division Pacifique ont l’air plus affamés que jamais. On les voit même sortir des sentiers battus, et obtenir leurs plus belles réussites grâce à leurs stratégies les plus créatives.

1422-stitch.jpg

Il est vrai que Vancouver a eu quelques difficultés à s’adapter à la méta, au départ, mais avec Chung-Hee « Stitch » Lee de retour dans l’effectif de départ, les combos Mei-Faucheur semblent robustes, et ils parviennent aussi à réaliser des compos autour de Sombra (comme on l’a vu en défense d’Hanamura). Dimanche, ils ont même fait rentrer Min-Soo « SeoMinSoo » Seo et sa Zarya fétiche, sur Busan.

Comme notre envoyé spécial Danny Lim nous l’a rapporté, l’équipe a eu l’impression que Zarya offrait davantage de dégâts et de durabilité, et malgré une victoire sur carte 2 à 1, tout n’a pas été aussi fluide qu’ils s’y attendaient, après un seul jour d’entraînement avec cette compo. Mais bon, les Titans disposent désormais d’une semaine d’exemption qui va leur permettre d’explorer davantage les possibilités.

« D É G Â T S #ForceOfNature “Que peut faire Zarya pour vous ? Vancouver a infligé plus de 3100 points de dégâts aux héros/10 min de plus que Philadelphie sur Busan dans son ensemble.” »

À l’aube des playoffs, avec 24 victoires et 2 défaites, les Titans ont officiellement conquis la première place au classement de la saison. C’est le dernier exploit d’une quête de reconnaissance qui a duré toute la saison, comme l’a expliqué le tank flex Hyun-Woo « JJANU » Choi dans son interview d’après-match.

« Cette saison, nous faisions partie des huit nouvelles équipes, alors terminer premiers de la division Pacifique, ça compte énormément pour nous, a-t-il indiqué. Ça nous offre aussi l’occasion de montrer qu’on est capables d’utiliser d’autres compos que le 3-3, et qu’on est une excellente équipe de façon générale. »

3. Les Shock ont commencé l’étape 4 parfaitement préparés au changement de méta, et peu d’équipes peuvent en dire autant au sein de la ligue. Les ajustements effectués ont de quoi surprendre, avec les deux candidats au titre de MVP soudain absents de l’effectif de départ, mais jusqu’ici, la stratégie de l’entraîneur principal Da-Hee « Crusty » Park porte ses fruits, avec quatre victoires et aucune défaite.

1422-rascal-2.jpg

Les Shock n’avaient peut-être pas besoin de se venger pour la défaite infligée par les Shanghai Dragons en finale de l’étape 3, mais ils y tenaient tout de même, et ont réussi leur coup vendredi avec une victoire confortable, 3 à 1. Si elle a été si confortable, c’était grâce à l’introduction de compos dégâts étonnantes qui ont anéanti le plan de jeu des Dragons, et qui tournaient en grande partie autour de la maîtrise de Mei et Pharah par Dong-Jun « Rascal » Kim, deux héroïnes qui ont fait sa renommée en début de carrière.

« C’est vraiment le déluge de la justice. @Rascal »

Après la victoire, il m’a confié qu’il était ravi d’avoir pu ressortir ses vieux trucs. « Ça faisait longtemps que je n’avais pas joué de héros DPS, et j’avais l’impression d’avoir perdu la main avec la plupart d’entre eux, a-t-il déclaré. Mais maintenant que je peux m’entraîner bien plus souvent avec eux, et surtout avec la victoire d’aujourd’hui, je reprends confiance en moi. »

Rascal est discrètement devenu l’un des joueurs les plus importants des Shock cette saison grâce à son éventail de héros hyper-polyvalent, et il fait désormais partie d’un duo redoutable aux côtés de Min-Ho « Architect » Park, qui essaie de caser une saison entière de coups d’éclat en une seule étape, maintenant que la méta lui convient.

D’après Rascal, si son équipe a si efficacement abordé l’étape 4, c’est grâce à la présence de joueurs adéquats pour toutes les stratégies possibles. « Chaque joueur de notre équipe est très fort avec les héros essentiels de la méta actuelle, a-t-il résumé. Il ne restait plus qu’à travailler sur la coordination. »

4. Les Shock semblent satisfaits de ne faire jouer Jay « sinatraa » Won et Matthew « super » DeLisi (les candidats au titre de MVP susmentionnés) que dans des situations précises, ce qui a donné lieu à un état de fait intéressant. L’effectif principal compte désormais cinq coréanophones, Grant « moth » Espe représentant la seule exception.

1422-moth.jpg

Quand je lui ai demandé quel effet cela avait sur les annonces, Rascal a ri.

« En général, les choses importantes, on les fait en anglais, mais sur le moment, pour les petits détails, les bricoles, on parle beaucoup coréen, a-t-il admis. Moth commence à avoir un peu de vocabulaire, alors il parvient à nous comprendre de temps en temps. »

Rascal a aussi fait l’éloge du jeu de moth avec Baptiste, et a nié avoir offert la moindre astuce à son coéquipier pour ce héros, qu’il a maîtrisé lors de l’étape précédente. « Il s’est très bien débrouillé pour l’étudier de son côté, et maintenant, il a des tas d’infos sur lui que je ne connais pas, alors c’est plutôt moi qui ai des choses à apprendre de moth ! »

5. Le temps peut faire des miracles pour une équipe, et Guangzhou a progressé à pas de géant. Les Charge n’ont plus rien du groupe de débutants qui s’est présenté à l’étape 1. Cette semaine, ils se sont vraiment approprié leur nouveau statut d’équipe d’élite, en gardant leur sang-froid lors de leur remontée face à Séoul avant de montrer leur instinct de tueurs en remportant une victoire 4 à 0 sur NYXL.

You can experiment all you want NYXL, but to give an idea of how stompy that was, @owhappy2 just had the 3rd-best FB:D ratio of anyone who’s played at least 3 maps in a match...ever, with 10.5 (he went 21 and 2)

— Ben Trautman (@CaptainPlanetOW) August 12, 2019

« Expérimentez tant que vous voudrez, NYXL, mais pour vous donner une idée de l’ampleur de cette raclée, @owhappy2 vient d’obtenir le 3e meilleur rapport CG:M parmi les joueurs ayant joué au moins 3 cartes sur un match… de tous les temps, avec 10,5 (21 CG, 1 M) »

Avec un palmarès de cinq victoires et une défaite à l’étape 4, et 14 victoires pour 13 défaites sur la saison, les Charge sont bien placés pour accéder aux barrages, où ils feront sans nul doute figure de favoris pour les playoffs. Il leur reste un dernier match la semaine prochaine, contre des Fuel qui subissent actuellement une série de neuf défaites. Pour une équipe qui a jadis failli remporter le record de la plus longue série de défaites sur carte de la ligue, les Charge semblent avoir un brillant avenir devant eux, et ils le doivent uniquement à leurs efforts.

6. Comment sait-on qu’une équipe est bien ancrée dans un état d’esprit détendu, satisfait, bref, qu’elle est là pour s’amuser ? Dans le cas des Justice, on sort Symmetra sur le Marché de nuit de la Tour de Lijiang. C’est une compo créative, mais aussi efficace : contre Boston, Corey « Corey » Nigra a utilisé ses Tourelles sentinelles pour « laver les voitures » à l’entrée du point, pendant qu’Ethan « Stratus » Yankel coinçait les héros adverses sous les lasers grâce aux murs de Mei.

Le duo s’est aussi associé pour une action futée à base d’Écran photonique afin de reprendre le point aux Uprising, un peu plus tôt au cours de la même manche :

« @Corey_OW nous a bénis #OWL2019 »

Après la victoire de dimanche contre les Outlaws (3 à 2), Corey a haussé les épaules, comme d’habitude, et déclaré : « Si on réussit un 7-0, on réussit un 7-0. » Un autre signe qu’il est là pour s’amuser ? Il ne portait pas de chaussures pendant l’interview d’après-match.

7. À l’autre bout du spectre du stress, on trouve les LA Valiant. Au terme de leur victoire 2 à 1 très serrée contre les Florida Mayhem, samedi, le visage des joueurs affichait du soulagement, un reste de nervosité, ou encore de l’incrédulité. On en voyait certains se secouer les mains et les jambes comme s’ils se détendaient pour la première fois de la semaine.

1422-gargoyle.jpg

Et ils avaient de quoi : les Valiant avaient dû se battre bec et ongles pour contenir des Mayhem en plein essor qui, comme Washington, ne cherchent plus qu’à terminer leur saison avec panache. Pour commencer, le nouveau venu Beom-Jun « Gargoyle » Lee a joué un Chopper avec une précision au Traquelard hallucinante de 93 % pour aider les Mayhem à réussir un blocage complet des Valiant sur Hollywood, amenant le score à égalité et préparant un final ardent à ce match.

Junker a été épique. Les Valiant ont effectué une poussée héroïque pour terminer la carte en prolongations et s’assurer un deuxième essai. Jeong-Woo « sayaplayer » Ha a obtenu des statistiques qui relèvent de l’improbable :

So Sayaplayer (@minon501) just destroyed the record for Final Blows in a map with 42, but it goes deeper:

The #1 player in the league in % of elims that are their own final blows is Logix (52%). On Junkertown, Saya had 60 elims and 42 FBs—THAT’S 70%

All-timer #OWL2019

— BackpackMatt (@MattMersel) August 10, 2019

« Donc sayaplayer (@minon501) vient de démolir le record de coups de grâce sur une carte avec 42, mais ça va plus loin : le n°1 de la ligue pour le pourcentage d’éliminations qui sont leurs propres coups de grâce est Logix (52 %). Sur Junkertown, saya a réussi 60 élims et 42 CG, SOIT 70 %. »

Et les Valiant ont bien failli succomber au bateau pirate des Mayhem juste avant que Young-Seo « KariV » Park réussisse une Fléchette hypodermique cruciale sur sayaplayer, neutralisant enfin l’arme la plus dangereuse de la Floride et offrant à LA la victoire dont ils avaient si désespérément besoin.

Après le match, Scott « Custa » Kennedy a mis des mots sur ce désespoir au micro de l’envoyée spéciale Mica Burton. « Toutes les autres équipes de milieu de classement montrent de très belles performances à cette étape, et il va nous falloir 14 victoires pour atteindre les barrages, a-t-il expliqué. Il faut qu’on remporte nos matchs restants, il n’y a pas d’autre solution. Il faut qu’on gagne. »

1422-custa.jpg

8. Les NYXL sont dans une situation particulièrement étrange en ce moment. De bien des façons, elle rappelle celle qu’ils ont connue en 2018 : s’étant assuré la première place de la division Atlantique avec des semaines d’avance, ils peuvent souffler. Ils ont le temps d’expérimenter, de commencer à regarder vers l’avenir et à préparer les playoffs. Ce plan de jeu s’est retourné contre eux de la pire des façons la saison dernière : ils étaient arrivés en playoffs rouillés et mal préparés à la méta, et se sont fait sortir en demi-finale par les Fusion.

Mais cette saison, les attentes sont encore plus élevées, et ils souffrent à la fois de leur défaite antérieure et de l’ombre impressionnante des deux mastodontes de la division Pacifique. 2019 n’a rien à voir avec 2018 : New York ne domine plus la ligue et n’est pas apparue une seule fois en finale d’étape.

J’ai interrogé Hae-Seong « Libero » Kim au sujet de la mentalité de l’équipe, après la victoire 3 à 2 contre Hangzhou, vendredi. « Tout le monde est plus concentré, m’a-t-il répondu, et l’objectif est plus clair : on a un tableau dans notre salle de réunion qui indique les playoffs comme le jour J, c’est donc une mentalité différente. On évite la suffisance. »

1422-libero.jpg

Cependant, avec une étape 4 débutée par deux victoires et trois défaites, les fans ont de quoi être nerveux, surtout quand deux des trois défaites sont des remontées par Chengdu et Guangzhou, des équipes dont la participation aux playoffs est encore indécise. Officiellement, les NYXL profitent de cette période pour expérimenter, ce que Libero m’a expliqué plus en détail.

« Au début de l’étape 4, on savait que même si on avait un peu de mal au début, l’objectif à long terme était très clair. Les deux premières semaines, il y a eu beaucoup d’essais, c’est pour ça qu’il nous manquait une compo vraiment efficace : on essayait beaucoup de choses différentes. On est encore un peu perdus, mais on a trouvé quelque chose qui fonctionne, et on est en train de le peaufiner. On va perfectionner cette façon de faire, et alors je pense qu’on pourra figurer parmi les meilleures équipes. »

J’ai demandé si cette arme secrète avait déjà été testée en jeu, et il n’a ni confirmé ni infirmé, mais rien dans les stratégies qu’on a vues jusqu’ici ne le laisse penser.

9. Dans cette ligue, les points d’interrogation peuvent avoir différentes formes. Les NYXL en sont une, mais il y en a d’autres qu’on essaie encore de comprendre en les retournant en tous sens, même après trois semaines de jeu. Certaines équipes ne peuvent pas utiliser Mei (Chengdu et Shanghai), alors que d’autres manquent d’un Hanzo. Certaines expérimentent encore, et beaucoup manquent de constance (elles se reconnaîtront). Dans un cadre aussi explosif, il n’est pas étonnant que ces dernières semaines aient été parmi les plus imprévisibles de l’histoire de l’Overwatch League. Quel dommage, il ne nous reste plus que deux semaines de ce spectacle avant le lancement des playoffs. J’espère que chacun trouvera la réponse qu’il cherche.

Suivez tous les matchs de la saison 2019 en direct et à la demande sur overwatchleague.com, l’application officielle de l’Overwatch League, notre chaîne Twitch, MLG.com et l’application MLG.